AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Test de pavé !

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 12/03/2014

MessageSujet: Test de pavé !   Jeu 20 Mar 2014 - 19:11

Gelkmaros

Les champs éthérés de Beluslan rétablis, la forteresse n'avait plus rien à lui offrir. Le calme était revenu, pour un temps au moins, dans ces terres ravagées. L'information était remontée rapidement, car sa nouvelle affectation n'avait pas traîné. Il était appelé à servir à Gelkmaros, premier bastion asmodien en Balauréa. Une épreuve, un défi. Nombre de Daevas s'y étaient brisés, et selon les dires du Juge, lui aussi pourrait bien y laisser des plumes.
Le Juge... Etait-il étranger à tout cela ? Il semblait bien impatient de voir son nouvel éclaireur grimper les échelons... ou se briser les membres pour ne plus jamais se relever. Il se souvenait encore des mots qui avaient conclu son entretien : réussir ou mourir, tel était le crédo de la Sentence. Cela pouvait paraître sévère, mais le jeune asmodien l'avait accepté depuis longtemps. C'était la façon de vivre de son peuple depuis sa renaissance dans ce monde de ténèbres.

Lumière. Ce fut la première chose qui frappa la conscience du rôdeur lorsque le vaisseau accosta. Son oeil en fut blessé, lui qui n'avait jamais connu que l'obscurité d'Asmodae. La spirale de son iris s'était rétractée à son extrême, exercice qui n'avait pas lieu d'exister dans la faible luminosité de son monde et qui lui valut des migraines durant les premiers jours. L'adaptation fut difficile, son oeil était conçu pour la pénombre, jusqu'à sa pigmentation. Mais il y parvint, et ce n'est qu'alors - bien qu'il ait déjà prit part à la vie de la forteresse - qu'il découvrit son environnement dans son entière plénitude.
C'était donc cela, la surface. Il avait découvert des terres fertiles, qui auraient toutes été boisées si la guerre n'en avait pas dévasté une grande partie. Des merveilles telles que les courants aériens - quasiment inexistants à l'intérieur de la planète - qui se faisait sentir rapace flottant sur les ailes du vent. (Il en était plus d'une fois sorti en piqué... mais pas pour attraper des kircas.) Ou encore des geysers qui, se refroidissant rapidement, ne représentaient aucun danger, mais permettait à quiconque possédait des ailes de s'élever rapidement, à des hauteurs vertigineuses. Une flore dans laquelle il retrouvait des points communs avec ce qu'il connaissait, une faune qui lui paraissait étrange, mais admirable. Qui n'a pas pensé monter un caprex ? Ou, plus exotique encore, un baku ? Paisibles herbivores, il était convaincu après les avoir aperçus qu'ils étaient suffisamment dociles pour se laisser approcher, et amadouer suffisamment pour rendre sa folle idée réalisable. Mais l'occasion de tenter l'expérience ne s'était encore jamais présentée. Sa place était ailleurs...

Ici, il n'était qu'un Daeva parmi tant d'autres. Les humains étaient rares et cantonnés à la forteresse. Son rôle, comme les autres soldats engagés à la même période, était de repousser les Balaurs le plus loin possible sur leurs terres, jusqu'à Tiamaranta s'il en était capable. Juguler leur nombre, freiner leur progression.
La situation avait changé pour lui. Bien qu'elle n'était pas sans lui rappeler ce qu'il avait vu ailleurs, ce qu'il avait appris sur les Drakans et les Balaurs, il était conscient du poids de cette tâche. Les rôles étaient inversés. Ici, c'était eux les intrus, les envahisseurs. Il ne s'agissait plus de protection, mais de conquête. Et quand bien même cela visait à empêcher la suprématie de la race des Dragons sur leur monde, il s'imaginait des femelles et des enfants drakans, pelotonnés les uns contre les autres pendant que les mâles repoussaient les forces qui menaçaient leur vie, leur village...
Jusqu'ici, il savait être en zone de conflit ouvert et n'avait jamais rencontré pareil cas. Mais cela pourrait arriver, et il devait y être préparé. Serait-ce alors si différent des que la race des Drakans a elle-même infligé à son peuple ? Il voulait croire sa nation meilleure que ça.
Il se rappelait avec amertume les horreurs perpétrées par les Balaurs depuis la destruction de la Tour. S'ils avaient leurs idéaux ou leur famille à protéger, les Drakans, par leur soif de domination restaient une espèce vile et avide, qui détruirait tout s'ils ne les arrêtaient pas... cela suffisait à le convaincre et à connaître sa cause pour juste.

C'était ici qu'il faisait ses armes. Le Juge avait raison sur ce point. L'ennemi était coriace, cuir et écailles les rendaient forts, bien plus solides que les fragiles Elyséens qu'il lui avait été donné de croiser. Ils étaient encore d'une autre trempe que ceux envoyés sur Asmodae, et il en fit bien malgré lui l'expérience.
Des plumes, il eut l'occasion d'en perdre en maintes occasions. Mais de chaque bataille, fût-elle un échec, il en retira une leçon. Et c'est ainsi qu'il apprit. A connaître les points faibles de ses adversaires. A les chercher avant de se lancer tête baissée dans le combat, peu importe le temps que cela lui prendrait pour les observer. C'était un réflexe qu'il avait déjà acquis, mais sa perception s'affinait et il devenait plus rapide, plus prompt à réagir, ce qui sauva sa tête plus d'une fois.

Les Drakans en face de lui étaient caparaçonnés. Une armure naturelle qui valait bien plus que lui cuir qui le protégeait, lui. Autant de difficulté pour percer, d'autant plus qu'il n'utilisait que son arc et des flèches. Mais il comprit rapidement - question de survie - que leur corps avaient bien des faiblesses. Des endroits que les écailles ne recouvraient pas, où le cuir était plus fin... Il fallait viser juste. Une flèche bien placée sous une aisselle peut aisément atteindre le coeur. Une bonne temporisation également, puisque rares sont ceux qui s'exposent facilement. Prendre des risques pour faire croire à l'autre que le combat était en sa faveur, attendre qu'il frappe, et profiter de son bras levé pour frapper le premier... Tel avait été la technique de prédilection du rôdeur à ses débuts.
Sa méthode pouvait toutefois être contrée, et il s'en était aperçu suffisamment tôt pour ne pas l'utiliser à tord. Certains, plus intelligents que d'autres ne mordraient pas à l'hameçon. Il avait aussi appris à les repérer, et ne s'approchait pas d'eux sans précaution. Dans ce but avait fait améliorer son arc. Plus difficile à bander encore, ce qui le rendait clairement inutilisable pour qui n'avait pas les muscles taillés dans ce but, ses flèches gagneraient en vélocité, et en conséquent, en force d'impact. Combiné à des pointes spécialement conçues par ses pairs contre les Balaurs, il pouvait ainsi traverser leur cuirasse, les extrémités barbelées causant des dégâts importants et irréversibles. Si quelqu'un avait trouvé à redire à son principe premier, grâce à cela il devait être satisfait. Il pouvait abattre un Balaur en restant à bonne distance, ne laissant aucune chance à ce dernier de se rapprocher.

Oui, c'était évident. Même s'il avait encore du chemin à faire, il avait nettement progressé. Et, n'en déplaise à son Excellence, il était toujours en vie. C'était une certitude absolue : il ne mourrait pas ici.
Revenir en haut Aller en bas
http://manticores-test.guildjdr.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 12/03/2014

MessageSujet: Re: Test de pavé !   Jeu 20 Nov 2014 - 0:00

Test de pavé deuxième ! Merci aux Libérateurs de Dhirim pour leur contribution ! Wink

Tharok a écrit:
Scénario 03 : LA CHARGE HEROIQUE. (Par Miorn)

3° séance : le 19 Février 2012.

Joueurs présents :
----- Finlas : Kerof (Sorcier obsidien ♂).
----- Frieda : Miorn (Guerrière ork ♀)
----- Nicolas J : Nughu (Guerrier t'skrang ♂).
----- Orcrist : Wrap (Voleur elfe ♂).

COMPTE-RENDU :

Bon, comme je vous le disais la dernière fois, c’était pas gagné notre sortie de le citadelle sylpheline ! Pi cette troupe d’orks, arcs bandés dans notre direction, ca rassure pas forcement. Alors on s’est jeté au sol, comme nous le disait de faire le chef de la troupe d’écorcheurs. Bien nous en a pris : ils ont fléché les changelings qui nous poursuivaient. On a eu de la chance ce coup là : les orks, « les marteleurs des prairies », étaient plutôt du genre sympa ! Et une fois l’attaque changeling contrée, on a fait plus ample connaissance autour d’une bonne bouteille. Tout particulièrement Nughu d’ailleurs, avec Wrap, on l’a tranquillement laissé en tête à tête avec le chef des Marteleurs, pour retourner à la citadelle rechercher l’âne, la fleur pour les moutons, et prendre deux ou trois bricoles au passage (ça aurait été dommage de laisser tous ces jolis instruments de musique prendre la poussière !).

C’est vrai, on aurait certainement été moins insouciants si on avait su qu’au même moment notre village était attaqué par une autre tribu d’écorcheurs orks, bien moins sympathique et beaucoup plus violente : « les sabots fendus ». Quand on est revenu au village le lendemain (sur des montures offertes par les Marteleurs), on l’a retrouvé pillé, dévasté, un vrai champ de bataille ! Y’avait Kerof qui avait pris les choses en main et qui tentait de rassembler les survivants et tous les matériaux qui pouvaient être sauvés. Il manquait plein de monde dans le village, ceux qui étaient parti chercher les herbes, et surtout tous ceux qui avaient été enlevés par les écorcheurs. On a décidé d’attendre les groupes partis chercher les plantes, et on a rassemblé tout le monde pour rejoindre la tribu des Marteleurs : si on les aidait pour dompter un troupeau de thoundras sauvages, peut-être nous prêteraient-ils main forte pour récupérer les prisonniers !

Alors, dompter un troupeau de thoundras sauvages, je le recommande à tout le monde : c’est une expérience unique en son genre ! Forcement, moi des thoundras, j’en avais vu que dans les livres de la bibliothèque du kaer. Rien ne pouvait me laisser présager du choc que ce serait la rencontrer de ces créatures du crétacés ! Ils sont superbes ! Puissants, féroces, intelligents et tellement beaux ! J’ai tout de suite craqué, je n’avais qu’une envie, chevaucher l’un d’eux. Et quand enfin, les écorcheurs m’ont donné ma chance, c’est tremblante que je me suis avancée vers la jeune femelle qu’on m’avait désigné et là, ça a été extraordinaire ! Oh, elle a résisté la belle, j’ai dû lui prouver ma propre valeur pour qu’elle daigne me regarder, ça a été sa force contre la mienne, un corps à corps brutal, j’ai résisté de toutes mes forces et quand enfin ses yeux ont croisé les miens, la magie a opérée, un lien s’est forgé entre cette magnifique créature et moi, un lien que je sais maintenant inaltérable. Elle est devenue un prolongement de moi, et je suis un morceau d’elle, je savais que dorénavant, je ne serais plus seule car elle serait là. Après Elle, comme mes compagnons, j’ai continué à calmer et dompter le reste du troupeau, mais tout me ramenait toujours à Elle. Alors que je cherchais un stratagème pour pouvoir la négocier auprès de nos alliés, Gorak, le chef de la tribu, fin observateur et excellent Cavalier, m’a devancé et m’a proposé de garder la thoundra, Ma thoundra !

Pendant ce temps, les éclaireurs orks envoyés par Gorak sont revenus au campement avec de bonnes nouvelles, enfin surtout avec de bonnes informations : ils avaient localisés le campement des Sabots Fendus et pouvaient nous en faire une bonne description. On s’est tous mis en branle, écorcheurs et villageois, pour aller libérer nos amis et réclamer le prix du sang. On a monté un super plan d’attaque. Mais bon, tout ne s’est pas exactement passé comme prévu. On a d’abord subit la maladresse d'un Maître des animaux malchanceux, ce qui fait que l'alerte a été donnée dans le camps, on pouvait repasser pour la discrétion. Et tout s’est accéléré, Nughu a attaqué le garde qui avait donné l'alarme, Wrap, après avoir mis a feu la moitié du camp (voir d'une tente) prêta main forte aux soldats chargés de libérer les prisonniers. Kerof et moi, on s’est lancé avec les Marteleurs des prairies, dans une charge héroïque qui ravagea la tribu adverse. Nughu a vite été dépassé par le nombre d’assaillants orks et malgré un combat acharné, il perdit connaissance. Il ne put voir la fin du combat et ainsi savourer la victoire avec nous. Quant il ouvrit les paupières, c’était pour admirer la coque d'un énorme bateau volant survolant le camp.
Citation :
[…] La nuit avait laissé place à l’aube. Les affrontements meurtriers qui avaient duré tout le jour passé avait laissé un paysage chaotique. A mesure que les rayons perçaient les sommets acérés des collines, les charniers de corps en décomposition se découvraient un à un. L’odeur en était si difficile à soutenir que certains d’entre nous avaient le visage voilé de morceaux d’étoffes ramassées sur des compagnons morts au combat. Le silence avait envahi le plateau, la veille si bruyant. Leurs silhouettes apparaissaient une à une sur le versant qui faisait face à notre campement de fortune, elles semblaient s’être multipliées dans la nuit. Ils étaient bien à quatre centaines de pas de moi, et pourtant, je les distinguais dans les moindres détails, même en fermant les yeux : armes et armures flamboyantes au soleil, leurs yeux perçants que j’avais vu de si près le jour précédent. Je sentais leur odeur suintante. Ils nous fixaient sans doute, telles des bêtes affamées devant une proie, n’attendant qu’un signe pour envoyer leur première ligne s’empaler sur nos flèches, jouant de leur surnombre pour vaincre. Le soleil ne cessait de monter toujours plus haut, découvrant à chaque instant un peu plus de leurs rangs, comme si leur nombre continuait de croître à mesure que le jour se levait.

Je me retournais un instant vers mes compagnons comme pour tenter de me défaire de cette terreur qui grandissait en moi de seconde en seconde. Leurs traits étaient tirés, encore fatigués de cette bataille qui nous avait semblé sans fin. La plupart d’entre nous étaient tombés, et l’issue de l’affrontement laissait présager que la bataille touchait à sa fin. A ma gauche, Eldahir serrait les dents comme pour oublier que le destin s’était joué de nous. Hiwen, qui avait pleuré son frère toute la nuit durant, avait repris les armes. Une lame avait eu raison de son bras droit, mais bien qu’à demi chancelante, la colère qui se lisait sur son visage ne laissait aucun doute sur sa détermination. Je savais au fond de moi que c’était la dernière fois que je la voyais debout, comme tous les autres d’ailleurs.

Un hurlement perça le silence, je fermais les yeux une seconde avant de saisir une flèche dans mon carquois. Bandant mon arc de toutes mes forces, je pointais les écorcheurs, bien que les sachant hors de portée. Mais à notre grand étonnement, aucun d’eux ne sourcilla. Le premier hurlement laissa place à un second, puis à un troisième. Ce n’étaient pas des cris venant de nos bourreaux et encore moins de nos rangs. Nous comprîmes que ces hurlements étaient ceux d'orks lorsque l’agitation de l'armée qui nous faisait face sembla pointer une crête sur notre gauche. Une silhouette humanoïde s’y tenait, dos au soleil. De son visage on ne distinguait que ses longues tresses qui flottaient au vent. Une horde d’une vingtaine de têtes se dessinait à ses côtés.

Brandissant une lame en direction de l'armée théran, l’ork, du haut de sa colline, hurla plusieurs phrases en un langage que je ne compris pas. Un long silence s’en suivît. Puis d’un coup, la horde des cavaliers dévala la pente rocheuse à une allure impressionnante, fondant sur nos opposants. Telle une flèche acérée, la horde traversa le front ennemi qui faisait bloc devant elle, le transperçant de part en part. Les prenant à revers, elle entama un second passage, déchirant les corps telles des feuilles. Mais les écorcheurs, remis de leur surprise, firent volte face. Le combat continua. Sans doute pas plus de quelques minutes. Mais pour nos esprits fatigués, il nous parut durer une éternité, à voir la violence qui ne faiblissait pas. Tâchant d’aider cette horde salvatrice, un rideau de flèches vînt frapper l’armée d'esclavagistes qui avait désormais relâché sa vigilance sur notre front. Et cela sembla suffire lorsque nous chargeâmes nous même les écorcheurs de flanc. La horde combattit avec une furie que je n’avais jusqu’alors jamais vue, avant de finir presque étouffée sous la masse d’assaillants. Trop peu nombreux, les cavaliers orks furent finalement décimés, la barbarie des écorcheurs ne semblant connaître aucune limite. Nombre de mes frères d’armes furent capturés et me transportèrent, mortellement blessé, un pieu fiché en plein abdomen, jusqu’au campement de nos assaillants.

Recueilli par une trollesse elle aussi prisonnière, je ne dû mon salut qu’au fait que la pointe acérée m’avait traversé de part en part sans me briser un os ou pis, me percer le foie. Je me trouvais désormais hors de danger, mais je ne put me lever et dû rester sous l'étroite surveillance de ma sauveuse. Mon seul espoir était que mes compagnons reviennent rapidement à notre campement, comprennent ce qu’il était advenu de nous, et prennent le risque inconsidéré de tenter de nous libérer […]

- Extrait tiré du journal de Sarence "Chante-étoiles", Chroniqueur officiel des Libérateurs de Dhirim -

Fin du 3ème Scénario.

----
Ecorcheur ork
---
Thundra
---
Barge volante
- Croquis de Sarence "Chante-étoiles", Chroniqueur officiel des Libérateurs de Dhirim -

Récompenses (accordées par le MJ) :
- Bonus PA : 369 (Bourse commune).
- Bonus Xp : 1 845 (Par membre du groupe).
- Bonus pour le conteur : 369 Xp (Pour Frieda).


Dernière édition par Admin le Jeu 20 Nov 2014 - 0:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://manticores-test.guildjdr.com
Banane_Flambée
Recrue
Recrue
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 28

MessageSujet: Re: Test de pavé !   Mar 20 Jan 2015 - 19:59

Le pavé de rumsteck c'est bon, mais est ce que le pavé de Thundra c'est meilleur : ?


  1. Cuit?
    Cru?
    Avec du pain?
    [list=2]
  2. Sans la peau?
    Avec la peau?
    Sans les os?
    Avec les os?
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 12/03/2014

MessageSujet: Re: Test de pavé !   Mar 20 Jan 2015 - 22:18

Grande question ! Tu éviteras de la poser deviant Miorn sinon elle sera très certainement tentée d'essayer un pavé végétarien (à la banane). Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://manticores-test.guildjdr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Test de pavé !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Test de pavé !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crash-test by Renault
» Graph test de Kelkun [Photoshop]
» test de rendu render(in)
» "Oregon 450T en test gràce à un prêt chez Décathlon" vs Oziexplorer
» Test AMD Trinity : mise à jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chasseurs de Manticores Test :: Présentations :: Présentation des membres-
Sauter vers: